Petite errance matinale


Influence extérieur ou jeu de rôle ?

La vie est une pièce de théâtre ou  du cinéma?

Un long fleuve tranquille quand on sait éviter les rochers

Un jeu de faux semblants  ou amas d’expériences

Dans quelle direction va-t-on ?

La vie se résume t’elle à avoir une belle maison, travailler ou même procréer ?

Peut être que derrière toutes ces expériences

Il y a un sens caché

Caché presque de tous

Sauf d’une étincelle

Une étincelle que l’on a au fond de soi

Qui ne demande qu’à naitre

Et pour cela que faut il faire ?

Partir, voyager, écouter ou s’écouter

Ou tout simplement s’arrêter

Arrêter le temps rien qu’un instant

Et respirer….

Sentir l’air et s’y abandonner

Se laisser sombrer dans la plus douce des marées

Mais avec le temps…

On file, on court, on ne prend plus le temps

Même une seconde de respirer et d’être là

Pas dans l’ailleurs mais le présent

Faire, défaire ou construire

Toujours une activité, une action

Agir mais pour aller où ?

A force d’agitation on en perd les vraies valeurs…

Une course effrénée vers qui ?

Qui l’on veut être et pourquoi ?

Pourquoi courir, alors qu’on a déjà tout…

Mais qu’on ne le voit pas…

Perdu en route ou perdu tout court ?

….Ralentir ……

Arrêter la pulsion pour aller vers l’impulsion.

 

 

InsoMnie

…. Minuit plus de sommeil…

Je me couche croyant dormir jusqu’au petit matin et c’est déjà l’heure où tout disparait… processus chimique, surabondance de café ou autres raisons superflues, mon cerveau entreprend la tâche difficile de me réveiller… Par cette nuit moite, les pensées font irruptions, sans cesse se  tournent et se retournent, la faim  sentir…

Me voilà en train d’écrire, de  poser une à une ces idées, « ce songe d’une nuit d’été »… semant et parsemant une partie de vie… évacuant le stress… à la recherche d’un amour constant… l’amour de soi, des autres…. Le sentir vibrer à l’intérieur, palpiter au rythme du cœur…

Un positionnement et tout se rétablit…. Centre, idée et création, une mise en action partagée…. Envie de se reposer, de calme et envie de créer …. Un monde nouveau qui s’ouvre jour après jour tel une fleur où chaque pétale s’ouvre à la douceur et à la rosée du matin…

On fait le tour du monde, de ça de là les endroits s’enchaînent et s’entrecroisent… une illusion de déjà vu, déjà vécu, au fil des parcours on peut se sentir blasé…. Et au fil des jours la beauté revient et éclate, un instant se fige pour être respiré…. Ce beau parfum à un goût  d’encore….

Lors du retour, un décalage, un atterrissage du corps et de l’esprit…

 Ces vacances denses amènent un épuisement, envie de câlins, d’être bercée par la torpeur de l’été et non se plonger dans l’action immédiate….

Mon corps fatiguée demande du repos, mon esprit brouillé réclame la limpidité… avant l’action… un rythme m’est imposé, une direction, un sens, se retrouver pour pouvoir avancer….

Décalage… horaire… émotionnel… conflictuel… le monde qui m’entoure devient étranger, absent, différent…

Pourquoi les gens séparent, coupent, portent un jugement qui tombe comme une sentence…. L’heure de trancher les têtes sonnent, vite les mettre dans des cases et recommencer, pas le temps pour respirer…. Peut être…. que s’arrêter… Laisser à l’autre la possibilité de vivre sa vie dans le présent sans poser ou imposer sa vision du passé… plein de miroirs refont surface, un dernier tour , un dernier adieu et me voilà face à moi-même… dans le nouveau et l’inconnu… un bouillonnement, une profusion  d’idées…

Un calme s’installe, mon corps se remplit d’amour, fatigué de lutter, il s’abandonne aux doux baisers de Morphée….

              ———————————————————-

Les RéaliTés Multiples

Vivre en parallèles différentes expériences…

Relations, voyages, travail, rencontres…

Tous se mélangent….

Pourquoi devrait on choisir l’une ou l’autre… le choix d’ailleurs n’existe peut être pas… En choisissant on créé du désir, un attachement…

La séparation ou la création d’espaces, de moments, de temps…

…Ne sont elles pas les facettes du moment présent…

 Dans l’instant, une seule se déroule  à la fois….on croit vivre une vie, une réalité,  une seule et tout se transforme, une seule vie dans son ensemble, une multitude dans ses particularités…Différentes connexions et ouvertures… l’illusion de maîtriser sa vie, quelle vie ???

Que créé t’on avec l’intention, quel est l’impact de l’autre ? L’imprégnation de l’environnement  sur nous même ?

… le retour au centre amène la justesse au travers de ce méli mélo multidimensionnel…

Une seule et unique personne, des réalités multiples,  vécu en même temps… par résonnance ou vibration de nous même, les uns avec les autres… la terre créant l’expansion de plus en plus grande pour peut être basculé dans la totalité de l’instant.

Un rythme se met en place, du calme dans l’intensité…

Entrevoir toutes ses possibilités, le rythme entraîne une musicalité du corps en harmonie avec la nature… reconnaissance de la totalité de son être sans coupure avec la terre essentielle à la vie….

Le cœur de toute vie.

Les répétitions des moments viennent tels des cycles jusqu’ à s’abandonner, abandonner tout ce qui nous relie à ces liens imaginaires fabriqués de toute pièce par notre mental.

Répéter le mouvement jusqu’à lâcher prise pour trouver la fluidité… Epuiser… le mental se brise et libère cette source, cette continuité du rythme…. A partir de là, je pense que tout s’ouvre vers la compréhension de la création, l’état même des cellules, leur fonctionnement, l’engendrement de la vie… aucune recherche juste une  présence, il suffit d’y plonger pour découvrir ce qui s’y passe ou peut être que le corps nous y amène naturellement…

De là, peut être, peut on  se rendre compte que l’univers se réduit à la cellule, un rien et un tout, un vide et un plein, ouverture-fermeture,  un battement de cœur, une totalité…. On sépare chaque chose : émotions, êtres, caractères, particules, pour faire l’expérience de nous même, comprendre notre rythme, notre cycle, pour enfin revenir à l’unité du tout est un et un est tout…

Sans cette douceur, ce ralentissement, on ne s’aperçoit de rien…. On continue à vivre enfermé de son propre monde créant crispation, nœud et dissociation, quelque chose cloche… comme un film remis en boucle: les personnages changent mais la situation est la même de plus en plus amplifier jusqu’à explosion… de rage, de colère, de peur, une recherche de pouvoir… de son pouvoir perdu dans le chemin des illusions, de soi même.

C’est alors que l’on désire tout… par peur de  ne pas l’avoir, de ne pas  être: posséder, appartenir pour se sentir en sécurité… loin de son arbre, les racines desséchant au soleil, priver d’eau, d’alimentation, on se replie sur  soi et les autres… vivre par tous les moyens… sans regarder qui a éteint la lumière… dans le noir, on peut avoir peur, on s’y plonge parfois et on découvre la personne responsable de cet obscurité… comme un miroir reflétant une image….

Un visage se dessine : le notre…

                    ——————————————————————————–

 

……………………Parole…

 pa…..role…

 

Etre dans le juste,

Parfois la barrière de la langue aide

On se tait on s’imprègne du maximum de mot et surtout on est  cent pour cent présent, tout s’amplifie et  se décuple par ce comportement,…

Pourquoi ne pas faire de même pour le reste, la même langue, pas la même façon de l’utiliser..

 Des mots jetés par milliers, un flot de parole déversant, s’extirpant du silence, parfois une chanson une danse, parfois un retour vers soi même, parfois une diversion, une dispersion, l’écoute disparait pour tout ramener à soi, a son être, à sa vision du monde et à ses illusions…

Montée d’énergie …  la parole en apporte parfois elle vide, nourricière, destructrices, une mise en avant, un trop plein d’émotion qui doit sortir, abandonner ce corps déjà en trouble avec lui-même

Contact, regard, sons, les sens rentrent en action, action du geste, action du son  tout devient action réaction et création….

Justesse, équilibre souplesse, oublié dans le tourbillon de paroles, du débit

Une orgie de mots pouvant emmener à l’extase, l’apothéose et parfois l’apocalypse

Déferlements des tempêtes….

Tourbillons, ouragans, il est parfois fois bon de se taire pour observer,… où l’on est ??? Est ce nous le tourbillon ?? Que créons-nous ?? Ou laissons nous porter par ce tourbillon par ce remplissage de vide pourtant déjà si riche

S’arrêter,

 Silence, …………imprégnation de l’attention

Le silence, le calme faisant place à la tempête, tout est chamboulé, la neutralité n’est plus

Le séisme des mots a fait son show : lots de projections, d’attentes, de mise en action, de conséquences,… de nouveaux protagonistes mettant chacun leur grain de sel, à chaque invitation

Y répondre ??? Échange de mots ou de silence ?

Moment de pause, de détente,……………….. Oublier le faire, délier ses mots s’y souvent jetés par une impulsion donné, un empressement, une joie excessive, une envie de partager

Délier son corps, sa langue,

Comment est elle, le corps parle, est ce que je l’entend ???

Qu’est ce que j’entends ??

Un langage s’établit, séduit, entier et complet…  Attention à ne pas s’y perdre

L’errance est si facile à créer, le trouble de nos émotions shuntant notre mental

Traduction des sens

Le dessin parle de lui-même

Ni besoin de mot et de grand discours juste regarder, s’emplir des lignes et des courbes

Des couleurs ou de l’énergie de la vie.

                                            _________________________________

 

L’eau,

Grande déesse, 

Puissante et dévastatrice, 

Tu renfermes bien des secrets, si peu dévoilés. 

Tu as pris bien des hommes et des trésors engloutis. 

Puissante, sauvage et mystérieuse, 

Nous essayons de te dompter  mais tu restes insaisissable, 

 Sauvage et libre comme tu l’a toujours été. 

Tu es un élément aux mille facettes, aux mille couleurs 

Reflétant le ciel et réfléchissant la lumière d’or…. 

Quand on te pénètre, ton corps n’est plus 

Et tu deviens dominatrice du notre…. 

Mélange de liquide, mélange de fluide, l’apesanteur disparaît, 

Tu nous roules, nous portes et nous chamboules. 

Dangereuse parfois, magique à jamais.

Le mystère demeure partout autour de toi, 

Nous berçant par ta musique rythmée, 

Aux sons des marées, aux fracas des rochers…. 

En ton ventre, 

Une mélodie se crée de  nos mouvements se mêlant au tien, 

Du balancement des vagues s’entremêlant au sable. 

O grande prêtresse à jamais oubliée, 

On ne sait plus te regarder, ni t’aimer…

Tu deviens alors invisible, inaccessible…   

Telle une sirène par ton regard  hypnotique, 

Tu nous renvoie à nos illusions,   

Ton secret à jamais égaré…. 

              —————————————————————————–

 

Sensations…

 

 

Le sentiment de se retrouver, se rencontrer

Un regard, une envie, une émotion grandissante 

Un feu dévorant de l’intérieur….. 

Une petite étincelle allumant des braises 

Créant un désir, une pulsion plus intense que la raison, 

Oublié sur le pas de la porte….. 

S’oublier,  s’abandonner, 

Sentir et ressentir, ne plus vivre que l’émotion 

Ce feu dévastateur créant l’extase, l’apocalypse de l’instant,

une magie aux portes de la folie 

Est-ce l’enfer ou le paradis ? 

Le nirvana apportant la clé

Basculer dans le merveilleux, l’impossible, l’irréalisable 

Pour se réaliser 

Une résonnance, une vibration, un rebondissement de l’un à l’autre,

Un échange. 

Où placer les limites, sont elles à poser ou à s’imposer 

Faut il vivre le réelle ou vivre l’irréelle ? 

1 commentaire à “Textes…”


  1. 0 sofıa galanakıs 29 mai 2010 à 15 h 33 min

    c tro bo et tro vraı ce ke tu dı
    tu as un don pour l ecrıture et pour passer t connaıssances et ton savoır a tout le monde contınue comme ca jsuıs super fıere de toı et jtadore
    jsuı epater par tes textes c tro bo!!!

Laisser un commentaire


Mes albums récents

  • Album : New York
    <b>_IGP9295</b> <br />
  • Album : NEW ZELAND ( Nouvelle Zélande)
    <b>igp2996.jpg</b> <br />
  • Album : mexique
    <b>danse5.jpg</b> <br />
  • Album : travaux photos
    <b>reflet</b> <br />
  • Album : travaux plastiques
    <b>fresque_poissons</b> <br />
  • Album : travaux de créations textiles
    <b>assemblage6</b> <br />
août 2018
L Ma Me J V S D
« juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

TURBO 4 |
decobonheur |
diskacc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | IONIS LIGNA
| papillon de nuit
| SUELY BLOT PEINTRE BRESILIENNE